Les élus CSE de la chapelle Darblay nous emballent!

Nicolas Fourmont - GATE 17

08/03/2022


Mercredi 17 novembre, Gate 17 organisait un webinaire autour du thème : « les syndicats ont-ils vocation à sortir de l’entreprise ? ». Arnaud Dauxerre, élu de la papeterie la Chapelle Darblay revenait sur l’action des élus pour maintenir l’activité et les emplois de cette usine.


L’actualité de ce dernier jour nous donne l’opportunité de revenir sur l’approche et la mobilisation des élus qui est inspirante à plus d’un titre.


« La Chapelle Darblay coche toutes les cases »


Arnaud Dauxerre est élu du comité social et économique de la Chapelle Darblay, une papeterie proche de Rouen. La Chapelle Darblay est le dernier établissement industriel qui fabriquait, jusqu’en décembre 2020 (?), sur le territoire national du papier 100% recyclé. En amont des annonces officielles, les élus du personnel[1] ont contesté la décision du groupe visant à fermer le site. Les élus ne l’ont pas décrété que l’activité de la Chapelle Darblay était viable, ils l’ont démontré. Pour ce faire, les membres du CSE ont consulté des experts indépendants. Arnaud Dauxerre témoigne : « nous avons une autorité, le Centre Technique du Papier, qui nous dit : "oui, nous pouvons trouver des applications sur l’emballage, le carton, le papier (…). À partir de ce moment, nous avons commandé une étude de marché ». Et encore une fois, tous les voyants sont au vert, il y a bel et bien des marchés solvables et porteurs à prendre pour le papetier. Donc « (…) fort de ces résultats, nous avons interpellé les politiques et le gouvernement, nous avons identifié les acteurs en charge de l’animation économique ».

Face à la solidité du projet porté à bout de bras par les élus, la métropole de Rouen a très rapidement décidé de s’intéresser à ce dossier. Car, comme Arnaud Dauxerre le précise, « la Chapelle Darblay, c’est l’incarnation d’un projet qui intègre les principes de développement durable :

  • Sur l’aspect économique, le site a notamment un rôle dans l’activité portuaire de Rouen et notre activité pourrait générer plus de 1,5 million de tonnes de fret ;

  • Sur l’aspect social, il y a 200 à 400 emplois directs et 800 emplois indirects en jeu ;

  • Sur l’aspect environnemental, nous cochons toutes les cases et nous sommes en plein dans l’économie circulaire ![2] En 2015, nous recyclions le papier de 23 millions d’habitants auprès de 380 EPCI. »



Aujourd’hui, où en est-on ?


La métropole de Rouen est passée de la parole aux actes. Vendredi 11 février 2022, Nicolas Mayer-Rossignol, le maire de Rouen, annonçait que la métropole Rouen-Normandie exerçait son droit de préemption[3] sur le site industriel. Au total, c’est quelque 6 millions d’euros qui devraient être débloqués par la collectivité pour boucler le rachat. Derrière cette opération, Véolia et le Canadien Fibre Excellence sont dans les startingblocks pour reprendre et relancer la production de papiers pour ondulé (emballage). Rappelons que les repreneurs entendent investir 100 millions d’euros dans une première phase de lancement.



À retenir

Pourquoi les élus de la Chapelle Darblay sont-ils en train de réussir leur pari ? Pourquoi la métropole de Rouen préempte-t-elle le site pour relancer l’activité sur le site ?

Parce que les élus ont su : ✔️ Anticiper les annonces de leur direction ✔️ S’entourer d’experts pour crédibiliser et assurer la finalité de leur projet ✔️ Analyser le fonctionnement des acteurs composant la collectivité territoriale pour engager un dialogue avec les bons interlocuteurs ✔️ Maintenir un lien durable et de confiance avec l’ensemble des parties prenantes ✔️ Porter un projet qui met au cœur du modèle d’affaires la transition écologique.


Pour aller plus loin


➡️ Rendez-vous sur le site du Gate 17 (rediffusion intégrale du webinaire : ici)

Le site de la CGT de la Chapelle Darblay: http://cgtchapelledarblayupm.unblog.fr/

[1] La CGT est le syndicat historique sur ce site de production. [2] Si le site de la Chapelle Darblay venait à fermer, le papier trié et collecté par des résidents français partirait à l’étranger… une aberration écologique. [3] Droit ouvert pour une collectivité de se porter acquéreur d’un bien mis en vente)